L’avis des autres

L’avis des autres
Temps de lecture : 4 minutes

Le jugement des autres est un acte qui affecte énormément, nous lui accordons énormément d’importance lorsque nous sommes en surpoids. Il est temps de se libérer, ce n’est que leurs avis.

·        Tu serais si jolie avec quelques kilos en moins,  

·        Ça va, malgré tout tu as un joli visage, 

·        Si tu mangeais mieux, tu serais moins grosse,

·        Essaie ce nouveau régime, après tu seras au top,

·        Prends ces comprimés, tu vas vite perdre tes kilos …

Ces réflexions sur votre poids, vous en avez peut-être déjà entendues ; moi très souvent depuis mon enfance et c’est aussi pour cela que lorsque j’écoute vos maux je les comprends, devine ce que vous ne dites pas également.

Ce qui est blessant c’est que ces réflexions viennent souvent de notre famille, nos proches, personnes mal intentionnées. Convaincues de dire ça pour notre bien (bah voyons).

 Certaines de ces réflexions vous ont sûrement agacée, agressée, blessée, fait pleurer, empêcher de dormir, cogiter …

 L’idée principale c’est que si nous sommes « grosses » c’est qu’il y a un truc qui ne vas pas. Donc il faut changer quelque chose de notre comportement, notre corps, bref, il faut se changer soi-même.

 Mais est-ce que c’est si grave si je suis « grosse » ?

Que signifie être “grosse” ?

Cette désignation n’est ni une insulte, ni une critique. Être “grosse” à la même valeur qu’être “mince”, “grande” ou “petite”, aucun jugement de ma part.

Pour mesurer nous avons souvent recourt à l’IMC (indice de masse corporelle) qui est le rapport entre le poids et la taille au carré et ça nous indique si la personne est maigre, normale, en surpoids, en obésité ou obésité morbide ; Il peut être utile dans certaines situations mais pas ici sur ce sujet.

Ce qui est important maintenant c’est comment nous nous percevons car nous le savons nous ne nous sentons pas en surpoids ou obèse. Mais grosse ou même énorme.

Quand nous pensons être « grosse » nous donnons beaucoup d’importance à ce que pense les autres, à leurs jugements, leurs avis et seulement après nous pensons à notre santé.

Est-ce que si je suis grosse ça veut dire que je suis en mauvaise santé ?

Pas forcément, le physique ne donne que des informations partielles sur le mode de vie et la santé d’une personne. Oui l’excès de masse graisseuse peut être à long terme mettre notre santé en danger. Comme l’excès dans toute chose d’ailleurs, y compris la bêtise.

La santé est composée de tellement de facteurs différents que la seule information de la masse graisseuse ne nous dit rien sur l’état de santé général. La graisse peut indiquer que la personne consomme plus de calories qu’elle n’en dépense, mais elle ne nous indique pas ce que la personne mange, ni si sa glycémie ou encore son cholestérol sont bon etc…

ronde et alos

Le poids peut s’expliquer par tout un tas de raisons autres que l’alimentation

  • Prise de médicaments
  • Métabolisme plus lent
  • Absence d’activité physique
  • Santé psychologique
  • Résistance à l’insuline
  • La faim émotionnelle.

Bref, la personne « grosse » a une accumulation de graisse oui, mais a parfois une santé de fer. Ce ne sont que des analyses de sang poussées qui nous permettront de juger de son état de santé.

Être grosse veut dire être regardée et jugée négativement ? surement pas !

Il y a beaucoup de préjugés qui entourent les personnes grosses le plus courant est l’idée que les personnes grosses sont fainéantes.

Cette légende urbaine vient du fait que beaucoup de gens pensent que le surpoids est lié à un manque de volonté à manger sainement. Pourtant, comme nous venons de le voir, le poids dépend de beaucoup de facteurs autres que la volonté. Donc, être « grosse » n’est pas synonyme d’être fainéante. Bien au contraire.

Il y a aussi d’autres préjugés autour des personnes grosses ; elles mangent trop, elles n’aiment pas le sport, elles n’ont pas d’amis.

Mais si ces éléments peuvent être vrais pour certaines personnes « grosses », elles peuvent l’être aussi pour les « minces ». Ce qui est certain c’est que la généralisation est dangereuse.

Sous l’emprise de la société, les personnes en surpoids finissent par croire ces préjugés. Font des choix qui les mettre en danger. Par exemple, pour essayer d’éviter d’être victime de critiques. Pour « prouver » qu’elles ne sont pas fainéantes. Elles pourraient commencer des régimes de dingues, tous plus idiots les uns que les autres et les recommencer encore et encore, avec des conséquences néfastes pour leur santé aussi bien psychologique que physique.

Arrêtons de croire ces fausses idées.

coaching perte de poids isabelle cousin

Pour la personne « grosse » c’est double peine parce qu’elle subit les agressions verbales des autres ainsi que ses propres agressions et le mal être qui en découle. C’est un travail personnel très intense qui demande beaucoup d’énergie que j’ai fait à titre personnel. Je vous confirme donc que c’est faisable de se libérer et surtout nécessaire pour aller de l’avant et vous libérer. Lorsque certaines situations, mots, regards nous renvoient à nos démons c’est temporaire. Faisons rapidement l’impasse.

Pour les autres, ça demande de remettre en question leurs croyances, de questionner les idées reçues, de s’informer et de ne pas rejeter leur grossophobie sur les personnes « grosses ».

A court terme, s’instruire sur un sujet permet de se libérer des préjugés Être plus empathique et surtout moins con avec les autres et soi-même.

Sur le long terme, ça permet d’évoluer vers plus d’acceptation de ce qui « sort de la norme », en se rendant compte de tout ce que cela apporte.

La peur du regard de l’autre se base sur des croyances et préjugés sans fondement. Il est grand temps de ne plus y accorder d’importance.

Laisser un commentaire