Je mange mes émotions

Je mange mes émotions
Temps de lecture : 3 minutes

L’alimentation émotionnelle fait de plus en plus parler d’elle. Je vous dévoile dans cet article la première cause de mes kilos liés à une blessure irréparable. Je grignote parce que je suis triste, stressée, perdue, agressée…Les kilos s’accumulent en me créant une carapace de protection. Quelle jolie illusion car finalement ça ne me protège pas. Au contraire ça me rend plus faible, renfermée. Il m’a fallu de nombreuses années pour trouver la cause de mes envie de manger émotionnelles. J’ai lâcher-prise en transformant l’énergie du négatif en une force capable d’affronter mes tempêtes.

J’ai 9 ans, quelqu’un a tué mon frère !

mon étoile

Le téléphone n’arrête pas de sonner, j’entends ma mère répondre que le boulanger ne fera plus de pain. Que se passe-t-il ? Je viens de perdre de façon tragique un de mes grands frères. Il est aussi mon parrain, la personne qui s’occupe le plus de moi. Je suis bien plus que sa petite sœur ou sa filleule, je suis sa princesse celle qu’il aime et protège, celle qu’il a envie d’étrangler lorsqu’elle enchaine les bêtises avec sa fille.

Il est mon étoile, une grande partie de moi s’envole avec lui. Mon cerveau d’enfant ne peut pas gérer une si grande douleur. Un tsunami me ravage de l’intérieur. Je ne sais pas comment ma famille gère ce deuil. L’enfant cachée que j’étais à ma naissance est devenue celle qui est oubliée. Je passe de la très bonne élève à la médiocre près du radiateur en un trimestre. Plus rien n’a d’importance.  

Les kilos émotionnels

Je suis dans ma bulle en compensant son absence par des bonbons, du pain, des gâteaux … Manger ce qu’il aurait pu fabriquer c’est manger les instants avec lui. Sa présence qui me manque terriblement. Je ne suis pas mince, chaque grignotage m’arrondi de plus en plus. Je n’ai que faire des reproches, moqueries que l’on me fait. Malgré le fait que ça me blesse énormément. J’oublie chaque méchanceté, chaque abandon en mangeant.

A 13 ans je fais mon premier régime. C’est compliqué parce que les seuls légumes que je mange sont laitue, tomate et haricot vert. Très consciencieuse je pèse tout ; vous imaginez 150 g de salade ? En y pensant je vois encore le saladier. En deux mois je passe de la taille 46 à 42. Je suis fière de moi, mais pour ma mère qui enchaine les régimes depuis ma naissance, c’est bien mais le petit ventre qui persiste est encore de trop. Après trois années d’internat je suis revenue au point de départ.

Trouver la causes des envies de manger

De régime en régime je joue au yoyo avec mon poids, ma santé se dégrade. J’ai enchainé les méthodes, programmes, les trucs pour être mince et jolie. Ce fût peine perdue car la cause des grignotages, des kilos, de l’accumulations ne sont pas identifiés. Je fini par lâcher l’affaire en me disant que de toute façon rien ne fonctionne.

Jusqu’au moment où je mets plus de conscience, de lâcher prise, de bon sens, de développement personnel dans ma vie. Je rencontre un coach qui sait me pousser dans mes retranchements pour me faire avancer. Parfois je le déteste, l’envoi paitre puis je me rends compte qu’il a raison. D’apprentissage, de rencontres, je m’auto coach me laisse mourir pour renaitre de plus belle. Merci à vous tous et toutes qui ont donné de l’eau à mon moulin.

De mangeuse d’émotions à thérapeute

J’ai un petit côté féministe. J’aime travailler pour apporter du plus aux femmes. Accompagner celles qui me ressembles, leurs donner les clés est donc devenu une évidence. Je sais au plus profonds de moi ce qu’elles ressentent. Ce qu’elles trouvent comme réconfort dans un bout de saucisson, une part de gâteau ou encore une tablette de chocolat.

Lorsque mon empathie, nos échanges me permettent de mettre le doigt sur le détail qui déclenche les envies de manger. C’est un grand pas et là nous commençons ensemble à avancer. Je suis intimement persuadée que rien ne se passe si nous n’identifions pas la cause, ne considérons pas une personne dans sa globalité. Parce que nous sommes bien plus que des chiffres sur une balance.

Mes mots vous parlent, vous avez envie d’échanger ? Je vous invite à livre mon ebook sur la faim émotionnelle. Puis si vous le souhaitez je vous recevrai avec plaisir.

isabelle cousin thérapeute Sophro-Nutrition
Isabelle Cousin

Laisser un commentaire